Pièce Accès-STAR

Merci à photo-libre.fr!

La pièce Accès-STAR

Contrat Creative Commons
Ana Lewiston est une joviale commentatrice sociale qui s’indigne chaque fois qu’on l’appelle « blogueuse », titre qu’elle juge péjoratif. Toujours rayonnante dans son monde populaire en expansion, elle enfouit profondément dans son âme toutes ses craintes ainsi que toutes les vérités inquiétantes. Ana vit depuis trois ans de contrats de commandite et de charité. Jamais elle n’ose s’apitoyer sur son sort, pas même durant tous ces mois où elle a surfé les divans et mangé ad nauseam l’unique produit du commanditaire de l’heure.

Rêvant de popularité, la jeune femme aspire à aider les gens par ses observations sociales en ligne et en créant des mouvements d’entraide grâce à ses milliers de contacts. Toutefois, Ana éprouve de la difficulté à appliquer la maxime « charité bien ordonnée commence par soi-même ».

La belle star du web, originaire de Toronto, a choisi d’adopter la ville de Québec comme terre d’accueil. Son accent anglophone colore ses expressions québécoises nouvellement acquises, quelquefois pas tout-à-fait encore maîtrisées.

Références: Jen Friel

Mikaël Caron respire la confiance en lui, marchant d’un pas assuré qui lui confère une stature plus imposante que sa taille réelle. Le jeune homme brille par son sourire inébranlable qui charme ceux qui l’admirent, nargue ceux qui l’envient et intimide les âmes souffrant d’insécurité. Et celles dont l’ego est similaire. Mik projette l’image du téméraire pouvant braver les lois de la Nature, invincible, intouchable. Pour lui, les règles de l’Establishment sont autant d’invitations à transgresser ou, plutôt, à contourner élégamment comme tout bon gentleman. Ses héros, le Mouron rouge, le Gentleman cambrioleur et les loufoques comparses d’Amicalement vôtre le fascinent par leur désinvolte facilité à se faufiler à travers les mailles de la loi. Ocean’s Eleven et ses suites sont des films qui l’inspirent. Braver la logique mathématique sera pour Mik un stimulant électrisant jusqu’au jour où la réalité l’électrocutera. Chaque décharge qu’il reçoit ne lui apprend rien puisqu’il l’enfouit dans les archives sombres du déni.

Le sympathique dandy trouve difficile de conserver un emploi par épuisement soit de sa motivation, soit de celle de ses patrons. Sa vie amoureuse suit malheureusement le même parcours.

Liliane Martel rocke comme Joan Jett et Suzi Quatro. Entre sa douceur et sa cuirasse extérieure transparaît son regard souligné au crayon noir. Son coeur résonne encore de la violence sous toutes ses formes qu’elle a subie d’ex-copains se succédant comme une file d’identification de suspects au poste de police.

Enfin libérée de ce quotidien houleux grâce à un organisme d’aide et à l’aide d’une bénévole qu’elle apprécie au plus haut point, Zoé, Lil ressent maintenant un vide qu’elle craint voir s’emplir par une sempiternelle relation empoisonnée, par le retour d’un ex qui exercera sur elle du chantage émotif ou, tout simplement, par la dépression. La pauvreté qui suit cette libération la pousse à commettre de petits vols pour survivre.

Tant d’amoureux imposteurs ont martelé dans sa tête qu’elle ne peut accomplir quoi que ce soit sans eux. Selon eux, seule, elle est vouée à un avenir de noirceur. Lil conserve cependant une toute petite étincelle d’espoir de prendre sa vie en main, encouragée par sa toute dévouée Zoé, pour qui elle n’a que de bons mots. Telle une tornade, elle se résout à entraîner dans son tourbillon quiconque ou quoi que ce soit se trouvant dans son chemin vers la réussite.

Comme le chat échaudé qui craint l’eau froide, cette courageuse doit constamment combattre la peur des hommes.

Hugo Boucher se définit par sa relation avec la belle Vanessa Parent, son amour mur à mur, son infinie. Il lui voue une fidélité sans faille à jamais. Comme il est parfois hésitant, Van compense par sa rapidité d’esprit et son entrain. Grâce à elle, il existe et réussit. Artiste dans l’âme et l’esprit techno-geek, le jeune homme vivote grâce à de rares contrats menant à des travaux informatiques peu payants à cause de sa crainte de déplaire: il finit par effectuer davantage de bénévolat qu’il ne produit de revenus.

Hugo est constamment attristé par son incapacité à atteindre les idéaux fixés par Van, ce qui l’amène à crouler de fatigue morale et physique. Et elle le lui reproche! Envahi par la culpabilité, il se sent prisonnier d’un tourbillon qui l’aspire dans l’abîme. Progressivement, sa douce devient rugueuse et s’endurcit en réclamant qu’il suive le chemin qu’elle trace pour lui. L’épée de Damoclès pend au-dessus de la tête du jeune homme: les conséquences d’une déviation sont douloureuses. Tempêtes de récriminations et sécheresses de bouderies menacent à l’horizon. Hugo en vient à se demander s’il existe vraiment, quelque part, une oasis de prospérité paisible ou si tout n’est que mirage.

Bien entendu, Vanessa s’oppose à ce que Hugo s’inscrive à un programme de réinsertion au marché du travail. Elle perçoit cette initiative comme un désaveu de l’aide qu’elle lui offre. C’est, selon elle, seulement une excuse de s’évader pour lui être infidèle en se faisant de nouveaux amis et de nouvelles passions… Tant d’intrusions dans la souveraineté de Van sur Hugo.

Kevin Brouillette est un jeune homme tout-à-fait heureux. Sa chambre abrite sa télévision, ses jeux électroniques, son imposant ensemble informatique qui comblent ses besoins vitaux. Le gouvernement respecte son droit de recevoir des prestations puis, soudainement, ose le forcer à modifier ses habitudes stabilisantes pour aller s’échiner à travailler! Aller se fatiguer à augmenter les revenus d’un riche comme le gouvernement avec ses taxes, un fraudeur, un profiteur! Quelle honte! D’ailleurs, tout le monde qui possède suffisamment d’argent pour être confortable est nécessairement fraudeur, lèche-bottine ou malhonnête. Le gouvernement est le Big Brother qui profite des travailleurs pour assurer sa subsistance. Les fonctionnaires n’ont qu’un seul but en tête: passer toute leur journée à déterminer comment rendre misérable la vie des gens ordinaires.

Kev accumule les poursuites qu’il intente contre quiconque commet une injustice envers lui. Le marchand d’ordinateur, le médecin qui détecte chez lui des problèmes de personnalité, le dentiste, le propriétaire de son immeuble, le voisin… Bref, il se défend bec et ongles contre le monde qui est plein d’agresseurs. Ils sont partout.

Kevin voit la vie simplement. La paix est facile à atteindre… Puisque personne ne fait rien pour lui, pourquoi se forcerait-il pour faire quoi que ce soit pour autrui? Vivre et laisser vivre, c’est ça, la paix.

Zoé Verret, toute fraîche sortie de l’École de service social, cumule déjà quelques années de bénévolat auprès des personnes vivant des difficultés socio-économiques. Comme elle débute la saison en tant que Guide du programme Accès-STAR, la jeune femme pense à y amener sa protégé, Liliane.

Depuis des années, Zoé travaille à réduire l’écart entre les riches et les pauvres en fournissant à ceux-ci les outils nécessaires pour bâtir leur prospérité. Autant de temps passé à faire reconnaître par le milieu des affaires cette panacée qui saura guérir la population de ce fléau qu’est la pauvreté! Ainsi, Zoé côtoie des personnalités influentes de plusieurs industries et même de la politique afin d’encourager leur participation à la cause. Elle espère aussi se tailler une place dans ce club sélect en bâtissant de peine et de misère sa crédibilité, à un point tel qu’elle entretient une relation imaginaire avec Dominique Légaré, une sommité du monde des affaires à Québec.

Lorsqu’elle est seule, Zoé entretient des conversations imaginaires avec Dominique qui agit comme mentor, fournissant conseils et encouragement au besoin, comme un fantôme sur commande. La femme d’affaires apparaît devant la jeune Guide au moment opportun pour l’aider à trouver les solutions à ses énigmes. Dominique existe bel et bien; seulement, elle et Zoé ne se sont jamais vraiment rencontrées. Cette dernière admire la businesswoman telle une groupie sa star rock!

Dominique Légaré est une femme d’affaires de Québec, propriétaire d’une grande entreprise et siégeant sur de nombreux conseils d’administration. Elle ne connaît pas Zoé. Toutefois, elle a reçu de nombreux courriels et messages d’invitation concernant le programme Accès-STAR, initiative qu’elle juge très intéressante tout en préférant attendre les résultats concrets pour établir le contact avec ses organisateurs.

Protection

Accès-STAR de Waska, autonomie et services techniques communautaires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada.

Basé(e) sur une oeuvre à tvwaska.wordpress.com.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à https://tvwaska.wordpress.com.

Tous les éléments, personnages et événements de ce récit sont purement fictifs. Toute ressemblance avec des éléments, des personnes et/ou des événements réels, passés ou présents, est totalement fortuite. Ce récit est basé sur l’expérience générale et générique de bénévoles oeuvrant auprès de la population.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s